Newsletters

30 Septembre 2016

Chers amis,


 

C’est avec beaucoup de joie que nous vous annonçons la naissance d’une nouvelle association : « Les Amis de Sainte Hildegarde ».

Sainte Hildegarde, abbesse bénédictine du XIIème siècle, enflammée par la grâce divine et la vision de « La lumière Vivante », nous a légué des œuvres qui constituent un patrimoine d’une richesse exceptionnelle pour nous conduire vers Dieu. « Dieu qui a fait toutes les choses par sa volonté, les a créées pour faire connaitre et honorer son Nom ne se contentant pas de montrer ce qu’il y a en elles de visible et de temporel, mais manifestant en elles celles qui sont invisibles et éternelles. C’est ce que fait apparaître la vision que tu regardes »1.

Ce patrimoine nous est donné pour que nous le découvrions, pour que nous cherchions à en comprendre les messages, pour que nous le partagions et pour que nous le transmettions. Aussi par l’intermédiaire de la structure associative, nous souhaitons que des personnes passionnées par ce trésor vivant puissent se rencontrer, prier, échanger, transmettre et témoigner des grâces reçues par l’intercession de sainte Hildegarde.

L’association propose donc un cadre pour fédérer des groupes d’amitié, de prière et de partage autour de sainte Hildegarde.

Un autre pilier fondateur de l’association est une meilleure connaissance des livres médicaux de sainte Hildegarde. Pour favoriser les échanges entre professionnels de santé et naturopathes désireux de proposer des soins en accord avec les conseils prodigués par notre sainte, un forum internet est mis en place.

Des rencontres, des sessions, des diètes végétaliennes, et ateliers divers seront aussi organisés.

L’œuvre musicale transmise par sainte Hildegarde est considérable. Nous souhaitons également soutenir les artistes musiciens qui, par les hymnes de louange inspirés de la sainte, nous font pénétrer dans la beauté de la symphonie de l’Amour Trinitaire.

Pour tout cela, nous espérons, de tout cœur, que le site internet de l’association (www.lesamisdesaintehildegarde.org) mis à votre disposition, constitue un relai vivant et enrichissant.

 

Faisons confiance à l’Esprit Saint qui nous délivre de la peur humaine. Qu’en communion avec les saints et les anges, et particulièrement avec l’aide de sainte Hildegarde, nous puissions servir Dieu et être les témoins des merveilles reçues grâce au rayonnement de l’œuvre de sainte Hildegarde.

 

 

Marie-Cécile Fonlupt, présidente

 

1 Hildegarde de Bingen, Scivias, 3ème vision de la 1ère partie, Paris, Cerf, 2004, p.70.

 

 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #1

La vision

L’œuvre de sainte Hildegarde est immense. Hildegarde enseigne ce qu’est l’unité de l’homme en expliquant comment nos sens s’articulent avec les capacités spirituelles et l’âme. Elle affirme que « les sens de l’homme manifestent sa force dans son âme et ses facultés…Les sens sont en effet les signes de toutes les facultés de l’âme….Les sens contiennent toutes les facultés de l’âme. »[1] .

Nos sens, qui sont pleinement charnels et qui fonctionnent grâce à notre physiologie ont un prolongement spirituel. La vision intérieure permet le spectacle de la vrai lumière, l’oreille intérieure entend la clameur de la vérité, le goût de l’âme nous fait percevoir le goût de la vie et son odorat, l’odeur des vertus.[2]

Voici quelques citations  qui concernent notre sens de la vue, sens qu’elle allie d’ailleurs à la capacité de volonté. Hildegarde nous dit que l’œil dirige tous les autres sens. Elle donne l’ordre d’intervention des sens et « leur orientation » pour nous faire comprendre le bon fonctionnement de notre psychisme. La rupture de l’intimité avec Dieu par le péché a modifié notre physiologie et nos sens donc notre psychisme. Voici ce qu’Hildegarde explique concernant la perte de notre vision céleste :

« Avant qu’Adam ait péché, tout ce qui maintenant est bile chez l’homme brillait en lui comme du cristal et il avait en lui le goût des œuvres bonnes ; et tout ce qui est en lui mélancolie brillait en lui comme une aurore, et il avait en lui la science et la pratique parfaite des œuvres bonnes. Mais quand Adam eut commis la transgression, l’éclat de l’innocence s’est terni en lui, et ses yeux, qui voyaient auparavant les choses célestes, se sont éteints ; la bile s’est changée en amertume et la mélancolie en une noire impiété, et l’homme a été complètement changé. Ainsi son âme a connu la tristesse, et bientôt dans sa colère, il a cherché une excuse. »[3]

Ceci qui s’est passé dès les origines, mais la tentation de chercher à voir est encore actuelle. Sainte Hildegarde était favorisée de visions : elle a vu le Christ souffrir dans sa passion, mais elle avait surtout des visions que l’on qualifie d’imaginaires, comme le prophète Daniel. Ceci lui était donné sans qu’elle le demande, c’était un don gratuit. Aussi, ne cherchons pas à faire des exercices sensoriels ésotériques qui nous mèneraient à voir en esprit, notre corps,  des évènements ou lieux, car ceci est un chemin de mort. Par contre saint Ignace nous enseigne comment méditer et imaginer des scènes de la Bible. Nous pouvons ainsi visualiser des scènes en méditant le rosaire par exemple, ce qui nous maintient dans l’amour de l’unité  spirituelle et matérielle de notre chair.

Hildegarde nous mets en garde contre une manière déviée d’utiliser le sens de la vue:

« Puisque tu es un homme venu de la terre maudite et chassé de ta patrie comme un exilé, pourquoi n’as-tu pas craint de chercher à voir, avec tant de présomption, ce que tu n’as pas à savoir, en étouffant ainsi ta propre action, si bien qu’en aucune façon elle ne t’es utile dans une lumière d’espoir, et qu’ainsi tu te souilles du crime d’homicide ; car quiconque, dans sa témérité, cherche à savoir ce qu’était Dieu avant la création du monde, ou ce que Dieu fera après le dernier jour, celui-là doit être rejeté de la participation à la sainte communion ; car il n’a pas à le savoir, lui qui a, par ses péchés, alourdi le commencement de la vie des mortels; mais, dans son malheur, il sera à l’écart du bienheureux salut de la véritable science, car, dans son entêtement, il a examiné ce qu’il n’aurait pas dû examiner ».[4]

 

Le pape François dans l'exhortation La joie de l'amour, § 128, nous dit: "L'expérience esthétique de l'amour s'exprime dans le regard qui contemple l'autre comme une fin en soi, même s'il est malade, vieux ou privé d'attraits perceptibles. le regard qui valorise a une énorme importance, et le refuser fait, en général, du tort... Beaucoup de blessures et de crises ont pour origine le fait que nous arrêtons de nous contempler.... L'amour ouvre les yeux et permet de voir, au-delà de tout, combien vaut un être humain.

Donc, nous sommes appelés à user de nos sens avec simplicité et avec un élan d’amour. Cherchons à voir les merveilles de Dieu en accueillant la création, en regardant nos frères voyons le Christ vivant, et examinons l’enchainement des évènements de nos vies pour y reconnaitre l’action de la providence, ceci nous entrainera à chanter les louanges de Dieu et à lui rendre gloire.

 

Marie-Cécile Fonlupt

 


[1] HIDEGARDE de Bingen, Scivias, 4ème vision de la 1ère partie § 24, Paris, Cerf, 2004, p.115.

 

[2] HILDEGARDE de Bingen, Livre des œuvres divines, 5ème vision §6, Albin Michel, 1989, p. 125.

 

[3] HILDEGARDE de Bingen, Les Causes et les Remèdes, La bile et le châtiment d’Adam (170), p.176.

 

[4] HIDEGARDE de Bingen, Scivias, 7ème vision de la 3ème partie § 11, p.548.

 

CONGRES DE CONSTANCE DU 7 AU 9 OCTOBRE 2016

Voilà ce que le Dr Wighard Strehlow en dit lui-même :

Plus de 700 amis d’Hildegarde venus de la Belgique, de la Suède, de la Finlande, de la Pologne, de la France, de l'Espagne,de l'Autriche, de la Suisse et même de Singapour étaient présents au plus grand et plus beau Congrès international d’Hildegarde de Bingen jusqu’à présent du 7 au 9 octobre 2016 à Constance. Il s'agissait de la question fondamentale la plus importante et la plus décisive de l’homme : "comment guérrir et avoir une bonne santé".

 

P1030260 1

Effectivement l'ambiance était chaleureuse et enthousiaste avec des Polonais très actifs et des Espagnols qui se lancent dans la diffusion de l'oeuvre de sainte Hildegarde.
Très peu de Français, probablement échaudés les années précédentes par des traductions aléatoires et pratiquement inexistantes. La présence singulière de ce médecin de Singapour, adepte des médecines naturelles et qui est en train d'introduire dans sa clinique la médecine naturelle de sainte Hildegarde entre la Malaisie et l'Indonésie pas loin du Vietnam !
Le Dr Marin Trouvé de Quimper a remplacé au pied levé le Dr Philippe Loron qui s'était désisté au dernier moment. Il s'est distingué avec une conférence sur le stress très originale mais néamoins bien accueillie.

Au début de ce congrès le vendredi matin, une dizaine de vertus issues du livre "des Mérites de la vie" sont développées par des amis de sainte Hildegarde venant des différents pays représentés. Marie France Delpech, présidente des Jardins de sainte Hildegarde, a parlé de "la Miséricorde" en soulignant l'entente inespérée qui est née des racines chrétiennes de l'Europe à l'issue de trois guerres fratricides entre nos deux pays la France et L'Allemagne (très forts applaudissements!).

Le samedi soir, grand moment d'émotion avec le spectacle d'un nouvel oratorio joué  pour la première fois dans la cathédrale de Constance pleine à craquer. Oratorio interprété par 80 acteurs et figurants et baptisé "KLANGDOM" vraiment grandiose!

Hildegard klangdom brixen 2015 053

Après un tour de table qui a duré toute la matinée du dimanche et les synthèses de tous les intervenants sur leurs présentations, nous nous sommes quittés ravis et joyeux après une célébration eucharistique fervente célébrée par un prêtre Polonais accompagné à l'orgue par une artiste confirmée Karin Strehlow épouse du Dr Whigard Strehlow.

Un grand merci à cette association allemande active et dynamique qui a organisé en même temps que ce congrès une si belle fête en l'honneur de notre Ste Hildegarde.

Marie France et Claude Delpech

 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #2

La Viriditas

En ce temps de l'attente de la venue du Messie dans nos coeurs, nous vous invitons à participer à une neuvaine de prière. Cette neuvaine est proposée sur le site.

Nous souhaitons porter dans la prière tous les agriculteurs de nos régions et en particulier ceux qui ont semé de l'épeautre.

L'épeautre a déja été semé: prions pour qu'il germe bien et qu'il soit rempli de viriditas.

Sainte Hildegarde expose comment Dieu, par ses opérations transmet l'énergie au monde. Il y a l'énergie, la force de Dieu immatérielle nommée vis, en latin. Cette Vis transmet à la matière la viriditas. Toutes les créatures minérales, végétales, animales ont une viriditas. C'est avec ce mot viriditas qu'Hildegarde qualifie toutes les énergies de la matière. La viriditas est l'énergie qui fait osciller la matière du chaud au froid, et du sec à l'humide. Elle est dégagée grâce aux propriétés des quatre éléments.

Chez l'homme l'accueil de la viriditas se fait grâce aux vertus ( mot de même racine que vis et viriditas). La vertu, dit-elle dans le Scivias, est une sphère très lumineuse,

qui brille par Dieu dans l'action de l'homme.

le bureau de l'association, Les Amis de Sainte Hildegarde, vous souhaite une belle fête de Noël, éclairée par la lumière de Vie. Nous avons choisi ensemble une belle image de la crèche pour vous accueillir sur le site les amisdesaintehildegarde.org.

Marie-Cécile Fonlupt

 

 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #3

Règle de vie

En ce début d’année 2017, les membres du bureau de l’association Les Amis de Sainte Hildegarde vous souhaitent de remettre toute votre vie dans les mains du Seigneur afin que : « le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il te prenne en grâce ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » [1] Sainte Hildegarde nous instruit et nous donne des repères, la première attitude à adopter dès l’aurore est la crainte de Dieu : « ainsi la crainte de Dieu est nécessaire, elle doit même précéder l’amour. »[2] La crainte de Dieu, c’est reconnaître en Dieu notre Créateur et lui porter l’admiration et la reconnaissance que nous lui devons tous, c'est craindre avec beaucoup de délicatesse de l'offenser par nos actes.

Soyons des apôtres plein de zèle et prenons exemple sur les premiers apôtres. Par la plume de Sainte Hildegarde le Seigneur nous dit : « les apôtres avaient affermi leur doctrine comme dent de l’acier, ils l’avaient verrouillé avec les clés du ciel, ils lui avaient imposé des brides dans la crainte de Dieu afin qu’elle ne sombrât pas dans la dérision : c’est qu’ils la pratiquaient dans un zèle quotidien et, la réglant sur le cours du soleil, ils la sanctifiaient par l’abstinence, par la louange et par la prière. »[3]

Ainsi en ce début d’année, nous pouvons nous résoudre à formuler pour notre vie une règle. Hildegarde était bénédictine, elle suivait la règle de Saint Benoit, elle a aussi rédigé une règle. Dans le Scivias, il est dit : « En effet, ce Benoit est un autre Moïse. »[4]

Nous pouvons tirer de l’enseignement de Sainte Hildegarde des piliers, des grands axes pour notre vie et notre santé, pour vivre dans la joie, dans la communion de tous les Saints.

Marie-Cécile Fonlupt

 

[1] Nb 6, 22-27

[2] Hildegarde de Bingen, Livre des Œuvres Divines, « Neuvième vision », § 6, Paris, Albin Michèle, 2006, p. 181.

[3] Ibid, « Dixième vision », § 7, p. 187.

[4] Hildegarde de Bingen, Le Scivias, « Cinquième vision de la deuxième partie », Paris, Cerf, 2004, p. 238.

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #4

Dans les jours prochains, nous vous proposons de dire une neuvaine pour la France.

Pour cela rendez-vous sur le site www.lesamisdesaintehildegarde.org

 

 

Les 5 piliers de la santé

 

Les 5 piliers de la santé selon sainte Hildegarde, sont indissociables de ses visions reçues sur l’être humain.

La personne humaine existe dans la plénitude de ses dimensions physique, psychique et spirituelle.

Sainte Hildegarde porte à notre connaissance la grandeur de l’âme humaine voulue par le dessein de Dieu : « car si l’homme est petit par sa stature, il est grand par les énergies de son âme » (Livre des Œuvres divines).

Hildegarde nous invite donc à prendre soin de notre âme pour vivre en harmonie avec le Créateur dans la Création.

 

On peut donc considérer, que le premier pilier de notre santé, est l’éveil psychique et spirituel.

Pour être en bonne santé, notre âme doit être vertueuse. Bien souvent, la vertu est considérée seulement d’un point de vue moral. En latin, vertu signifie « virtus » qui signifiait force. La vertu suggère donc quelque chose de la force supérieure, de la force d’âme. Saint Thomas d’Aquin disait que « la vertu est le courage du bien » (Traité de morale). La vertu s’exerce, s’éprouve. Dans le Livre des Mérites de la Vie, Hildegarde nous accompagne pour acquérir l’habitude du bien.

 

Dans le livre Causes et remèdes, sainte Hildegarde dit que « l’âme est comme le feu, le corps est comme l’eau, et ils sont ensemble ». La santé de l’âme est liée à celle du corps et celle du corps est liée à celle de l’âme. C’est pourquoi, Hildegarde prend soin du corps. Elle donne des conseils très pratiques sur l’hygiène corporelle, l’hygiène de vie avec les rythmes de vie, la sexualité, l’alimentation…

 

On peut donc définir deux autres piliers : l’hygiène physique et l’alimentation. L’alimentation est tellement importante qu’elle constitue un pilier à part entière. Effectivement, nous sommes des êtres vivants perméables à notre environnement. Nous nous nourrissons de cet environnement à travers l’air que nous respirons et les aliments que nous ingérons. Il est heureux que les mouvements écologiques nous aident à prendre conscience de la nécessité impérieuse de prendre soin de notre terre nourricière dont nous sommes si étroitement dépendants !

 

Eveil psychique et spirituel, hygiène physique et alimentation sont les 3 piliers indispensables et indissociables du maintien de notre santé physique, psychique et spirituel. Comme les trois pieds d’une bonne assise.

 

Nous sommes pourtant des êtres fragiles. Sainte Hildegarde connaît bien notre faiblesse. Dans des conditions de vulnérabilité et de maladie, fidèlement à l’Evangile, elle nous invite à demander le secours de la Grâce. Dans le livre Les Mérites de la Vie, elle fait parler la vertu de miséricorde : « Si tu m’implores dans ce combat contre le mal avec un cœur brisé (« compoction cordis »), dans les larmes, les soupirs et la prière, de te venir en aide, alors je viendrai te soutenir, et accomplir tout ce que tu désires, et j’établirai en toi ma demeure ». Pour autant, dans l’équilibre qui la définit si bien, sainte Hildegarde prend soin du corps malade. Elle conseille de nombreux remèdes.

Deux autres piliers peuvent donc soutenir l’assise des 3 autres décrits précédemment : les remèdes naturels et la détoxination.

Sainte Hildegarde connaissait bien la médecine de son époque. Elle évoquait des techniques de soin que notre société occidentale redécouvre : les bains, l’usage des pierres, des fourrures, les massages, les ventouses, et bien sûr… l’usage des plantes. Laissons-nous guider par sainte Hildegarde avec confiance !

 

Laurence Mayaud,

Pharmacien, Naruropathe hildegardienne.

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #5

chers amis de sainte Hildegarde,

Dans la News Letter précédente nous avons annoncé une neuvaine pour la France, nous avons eu des difficultés informatiques.

Cette neuvaine aura donc lieu du samedi 11 au dimanche 19 février.

Nous vous donnons rendez-vous sur le site où vous pourrez trouver la prière de Marcel Van.

Marie-Cécile Fonlupt

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #6

 

Les passions et le jeûne

Préparons nous à entrer dans la période du carême, pour la vivre d'une manière intense et entrer avec joie dans la glorieuse fête de la résurrection à Pâques.

Faire une diète végétalienne à l'épeautre de quelques jours, est un grand soutien pour notre vie spirituelle et la santé de notre corps.

Que peut nous apporter une monodiète à l'épeautre?

"Lorsque l'homme contraint volontairement sa chair pour l'amour de Dieu, il exalte son esprit intérieur vers la béatitude".  Ainsi sainte Hildegarde conseille le jeûne pour les tempéraments sanguins (air), nerveux (terre) et flegmatiques (eau) par contre, pour le tempérament bilieux (feu), elle conseille d'être prudent et modéré dans le jeûne, car ce tempérament est excessif dans sa volonté, ce qui peut produire une démeusure.

L'épeautre en lui même est une céréale qui purifie le corps, il contribue à équilibrer et à stimuler tous les sens.

Il apporte un soulagement des fonctions hépatiques et rénales, il permet la régularisation du transit intestinal grâce à ces fibres. Sa composition importante en oléates contribue à apporter une proportion de bon cholestérol HDL.

La libération de son énergie est très régulière, ceci est un atout dans les cas de diabète ou d'intolérance aux hydrates de carbonnes et ceci aide à la perte de poids.

Infos

Dans l'esprit des conseils de santé de sainte Hildegarde, des lieux sont proposés pendant le carême pour vivre une diète végétalienne.

Nous vous donnons rendez-vous sur notre site pour consulter les dates de la session de monodiète à l'épeautre au domaine de Chadenac, où nous aurons la présence du père Jean-Marie Luc de la communauté saint-Jean. Le père Jean-Marie Luc prépare une comédie musicale sur sainte Hildegarde qui sera jouée cet été par des jeunes, il est aussi responsable de l'association St Jean Révélateur.

Sur notre site nous avons également mis en place un forum de discussion pour les membres de l'association et un forum pour les thérapeutes. Ce forum est gratuit pour les religieux, religieuses, et les prêtres. Le but du forum est de se soutenir et de se transmettre des informations entre thérapeutes s'interressant aux conseils de santé de sainte Hildegarde.

Nous proposerons sur le site une neuvaine à saint Joseph du 10 au 19 mars, une neuvaine pour la défense du respect de la vie de l'embryon du 20 au 29 mars.

Pensez à faire suivre toutes ces informations à vos amis.

Les passions

 

Hildegarde insiste sur le fait qu'il ne faut pas négliger l'ordre des vertus. Elle affirme que « lorsque l’homme accueille la rectitude, il goûte et il boit les vertus, elles le confortent comme le vin emplit les veines de celui qui le boit ».[1] Dans toutes les opérations de nos capacités nous avons besoin des trois vertus théologales de foi, d'espérance et de charité. L’accueil de la vertu de force nous permet de « lever le regard » puis, grâce à la tempérance le déroulement de notre pensée s'organisera et s'harmonisera avec un rythme bien coordonné. Ceci ne peut se faire, que si de façon concomitante, nos passions qui émergent sont analysées avec prudence pour que nos choix libres nous fassent avancer dans le juste chemin.

Les quatre groupes de capacités de l’Homme, que l'intelligence et la mémoire englobent, sont la raison (cognition, discernement), la volonté (désir), les passions ( émotions, sentiments) et l’imagination ( instincts, réflexes profonds). Ces capacités sont le prolongement des sens, elles en font partie car toutes les capacités de l’âme sont contenues dans les sens. L’unité de la personne ne peut se faire que lorsque les capacités de l’homme sont bien ordonnées.

Les passions sont bonnes, elle nous tirent vers le bien à condition de ne pas s'emballer vers le feu des passions criminelles, mais de garder allumée la chaste flamme du plus pur amour du Seigneur.

Voici comment le Catéchisme de l’Église Catholique définit les passions.

 Le terme de " passion " appartient au patrimoine chrétien. Les sentiments ou passions désignent les émotions ou mouvements de la sensibilité, qui inclinent à agir ou à ne pas agir en vue de ce qui est ressenti ou imaginé comme bon ou comme mauvais.[2]

Les passions sont des composantes naturelles du psychisme humain, elles forment le lieu de passage et assurent le lien entre la vie sensible et la vie de l’esprit. Notre Seigneur désigne le cœur de l’homme comme la source d’où jaillit le mouvement des passions (cf. Mc 7, 21).[3]

Les passions sont nombreuses. La passion la plus fondamentale est l’amour provoqué par l’attrait du bien. L’amour cause le désir du bien absent et l’espoir de l’obtenir. Ce mouvement s’achève dans le plaisir et la joie du bien possédé. L’appréhension du mal cause la haine, l’aversion et la crainte du mal à venir. Ce mouvement s’achève dans la tristesse du mal présent ou la colère qui s’y oppose.[4]

" Aimer, c’est vouloir du bien à quelqu’un " (S. Thomas d’A., s. th. 2-2, 26, 4). Toutes les autres affections ont leur source dans ce mouvement originel du cœur de l’homme vers le bien. Il n’y a que le bien qui soit aimé (cf. S. Augustin, Trin. 8, 3, 4). " Les passions sont mauvaises si l’amour est mauvais, bonnes s’il est bon " (S. Augustin, civ.14, 7).[5]

Le cœur est le siège de la personnalité morale : " C’est du cœur que viennent intentions mauvaises, meurtres, adultères et inconduites " (Mt 15, 19). La lutte contre la convoitise charnelle passe par la purification du cœur et la pratique de la tempérance.

Maintiens-toi dans la simplicité, l’innocence, et tu seras comme les petits enfants qui ignorent le mal destructeur de la vie des hommes (Hermas, mand. 2, 1).[6]

La passion la plus fondamentale est donc l’amour. Hildegarde nous dit « qu’il est impossible de séparer l’amour de Dieu de celui du prochain, lorsqu’ils s’expriment dans l’unité de la foi par l’énergie divine d’amour et lorsqu’ils enserrent la foi dans un suprême désir ».[7]

Sainte Hildegarde relie la passion, au sens du goût et à l’eau. L’eau et le goût des passions doivent être transformés en vin de l’esprit par nos capacités spirituelles de raison et de volonté. Le goût est un sens qui nous fait sentir le salé, le sucré, l'amer, l'acidité. Tout ce qui donne du goût aux passions est bon, nous lisons dans l'évangile de Marc, 9,50 " C'est une bonne chose que le sel ; mais s'il cesse d'être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur? Ayez du sel en vous mêmes, et vivez en paix entre vous".

Les passions déréglées sont responsables des angoisses du corps. Sainte Hildegarde, relie les passions avec le goût et ce sens avec le Nord,  l’Aquilon (arrière du corps) et avec les cuisses. En effet, l’homme étant face au Sud, ce qui est au Nord est dans la partie arrière. Ceci peut correspondre au système musculaire (langue, dos, cuisses, mollets) qui permet les mouvements, l’action et le flux des humeurs. « Les flancs abritent des énergies dont le jeu peut être trompeur et dangereux ».[8] Hildegarde situe le lieu d’action des passions dans le système musculaire et humoral. « Les faisceaux musculaires sont pleins de veines et d’humeurs ».[9] C’est pourquoi, la régulation des passions passe aussi par l’équilibre de la tension et du relâchement des fibres musculaires. Le sport équilibré, la relaxation, le bon goût des aliments, le rire joyeux, le pardon, l’amour inconditionnel  etc… aident à réguler les passions.

A partir de l’âge de raison, nos passions doivent donc être intérieurement accueillies, reconnues, nommées. Elles doivent être gouvernées par la raison et la volonté qui sont nos capacités spirituelles, à condition que celles-ci se sont bien construites.

L’excitation des sens, l’emballement des passions dérèglent « les humeurs » et modifie les circuits neurologiques des sens.  Les musiques mal rythmées, dont les sons et les vibrations sont excessifs, les images agressives et perverses, les drogues, l’excès d’alcool, les mauvaises méditations (volonté d’illumination), l'obsession et la perversion sexuelles, l’excès de sport, etc... modifient nos circuits sensoriels et nos humeurs et dérèglent toutes les passions. La tempérance et la vertu de modération permettent de canaliser les passions car la démesure entraine le désespoir. Dans le Livre des Mérites de La Vie, sainte Hildegarde décrit trente-cinq vices et les vertus qui leur correspondent. Les vices sont décrits sous forme d’allégories caricaturales, les passions déréglées par les vices nous rendent difformes et grotesques.

En cette période d’entrée en carême, découvrons nos passions, accueillons les humblement. Prenons de justes résolutions pour les purifier. chaque tempérament à un élément dominant, une passion dominante, apprenons à reconnaitre notre tempérament.

Des attitudes peuvent nous aider : le jeûne avec juste mesure, la prière, l’aumône.

La médecine de sainte Hildegarde peut nous aider dans cette régulation de l'humeur et des passions. Cette médecine est entre autre, basée sur le principe de détoxination des tissus, de leur relâchement et de leur tension équilibrée. Citons pour cela quelques moyens efficaces : la prière en particulier à l'aube, s'appliquer à faire grandir les vertus, pratiquer le jeûne, l'activité physique consciente.

Pour les personnes fragiles et souffrantes il y a aussi: les massages, la pose de ventouses, le massage avec les ventouses, les 2 saignées par an, les bains chauds ou tièdes, les bains dérivatifs, la transpiration grâce au sport, au hammam...

Bonne route pour ce carême 2017,

Dr Marie-Cécile Fonlupt

 

 

[1] Hildegarde de Bingen,  Livre des Œuvres Divines,éd.Albin Michel, Paris, 2006, 2ème vision 19, p.32.

[2] Catéchisme de l'Eglise Catholique (CEC), 1763.

[3] op. cit.,CEC, 1764

[4] ibid.,CEC, 1765.

[5] ibid., CEC, 1766

[6] ibid., CEC, 2517

[7] Hildegarde de Bingen,  Livre des Œuvres Divines,éd. Albin Michel, Paris, 2006, 1ème vision 4, p.8.

[8] op. cit., 3ème vision 1, p.51.

[9] Ibid., 3ème vision 13, p.62.

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #7

2 1

Nous vous invitons à faire la neuvaine à saint Joseph du 10 au 19 mars, qui se trouve sur le site.

En cette période très troublée, saint Joseph nous aide dans les difficultés de travail, de famille, de santé, dans les responsabilités sociales.

N'hésitez pas à participer à la monodiète à l'épeautre au domaine de Chadenac du 19 au 25 mars, vous pouvez encore vous inscrire en envoyant un mail à: contact@chadenac.com

Au programme: enseignements avec le Dr en pharmacie Laurence Mayaud naturopathe Hildegardienne, enseignement sur les sens et les capacités d'après les écrits de sainte Hildegarde avec le Dr MCécile Fonlupt, atelier coprporel avec Marie-Françoise Scrizzi, ateliers Vittoz avec Marie-Françoise Tay,ateliers cuisine et pain. Présence du père Jean-Marie Luc, messes, adorations. Pélérinage le 24 mars à notre Dame du Puy, à saint Michel d'Aiguilhe et à saint Joseph d'Espaly.

« A côté de Marie, dans la Sainte Famille de Nazareth, se détache la figure de St Joseph. Il a pris soin de Marie et de Jésus; il les a défendus par son travail et par sa généreuse présence, et il les a libérés de la violence des injustes en les conduisant en Egypte. Dans l'évangile, il apparaît comme un homme juste, travailleur, fort. Mais de sa figure, émane aussi une grande tendresse, qui n'est pas le propre des faibles, mais le propre de ceux qui sont vraiment forts, attentifs à la réalité pour aimer et pour servir humblement. Voilà pourquoi il a été déclaré protecteur de l'Eglise universelle. Il peut aussi nous enseigner à protéger, il peut nous motiver à travailler avec générosité et tendresse pour prendre soin de ce monde que Dieu nous a confié. »              Laudato Si - § 242.

Dernières nouveautés

http://www.lesamisdesaintehildegarde.org/pages/sainte-hildegarde/emission-enregistree.html

http://www.lesamisdesaintehildegarde.org/pages/le-conseil-d-aministration/liens-de-naturopathes-hildegardiens.html

http://www.lesamisdesaintehildegarde.org/pages/nos-actions/neuvaines/page.html

http://www.lesamisdesaintehildegarde.org/pages/nos-actions/neuvaines/neuvaine-a-st-joseph.html

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #8

 

Nous vous invitons à faire la neuvaine du 25 mars au 3 avril qui se trouve sur le site

3 2

 

Prière pour la France de Pie XII :

« Regnum Galliae, regnum Mariae quod numquam peribit » en latin, soit en français : « Le Royaume de France, le Royaume de Marie, qui ne périra jamais » 

« Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur. Aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la Foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée. Regina pacis ! Oh ! Oui ! Soyez vraiment au milieu de ce peuple qui est vôtre la Reine de la paix, écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde. Faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui seul assurera le succès de leurs efforts : établir au centre de ce temple le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser. Et que par Vous la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le Règne du Christ, Prince de la Paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. » 

Pie XII (1876-1958)

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #9

La monodiète à l’épeautre


Le printemps est la saison du renouveau et de l’éveil.

La sève monte, les bourgeons débourrent, les graines germent, le pissenlit pousse…

Cette énergie montante nous dynamise.

Avec cette montée brutale d’énergie, le printemps est l’occasion idéale pour la détoxination. D’ailleurs, la détoxination est la fonction principale du foie, organe clé de cette saison.

Pour remettre à neuf notre corps et notre âme, quoi de plus propice qu’une monodiète ou un jeûne pendant ce temps de Carême qui prépare à la fête de Pâques, fête de la Résurrection ?

 

Il y a quelques jours, dans le chaleureux domaine de Chadenac, près du Puy en Velay, une petite « communauté hildegardienne » a goûté les bienfaits de la monodiète à l’épeautre.

Voici le témoignage d'une des participante :

« D’abord un immense et profond merci ! Cette retraite m’a tout appris. Oui, appris. En premier d’avoir retenu le prénom de chacun. Pour moi, c’est très important des les avoir retenus, car c’était un effort que je n’arrivais pas à faire : cela entrait par une oreille et repartait par l’autre ! Ah oui, nous avons 2 oreilles mais je suis souvent à l’ouest, et maintenant, il me faut passer d’est en ouest, tournée vers le sud ! Maintenant, peut-être, je ne perdrai plus le nord. D’ailleurs, notre cœur est à l’est. Normal, non ?!

Le nez, l’odorat et hop au cerveau ! Donc il faut bien nettoyer son nez à l’eau de mer pour avoir les idées claires !

Je pourrais continuer, mais vous avez compris : j’ai découvert, non pas re-découvert, que ce corps donné est une merveilleuse machine à aimer, avec une âme qui le fait vivre comme cette roue sur le tableau qui tourne, tourne… que je la laisse bien tourner au cœur de ce corps donné, même souvent défaillant, mais je retiendrai grâce au père Jean Marie Luc, qu’il faut toujours lever la tête vers Dieu, ce qu’Eve a oublié… Mais bon, je n’aurais pas fait mieux !

Corps et âme, oh oui ! En plus, nous avons dansé… et j’ai dansé ! Une belle première, une joie profonde, une confiance renouvelée. Merci Marie-Françoise ! Se poser par Vittoz, merci Marie-Françoise. Merci Laurence pour ces 1000 et une découvertes du jeûne, des tempéraments hildegardiens. Ca ne m’étonne pas d’être de l’hiver car je suis née en décembre. Merci Marie-Cécile pour cette approche lumineuse de sainte Hildegarde. Et merci Laurence pour l’esprit de Chadenac que tu donnes avec Jean Pierre depuis plus de 20 ans. Le « merci » est infini. Il revient à Jésus qui nous a montré le chemin. Il a un Père tellement aimant et miséricordieux. Alors maintenant je dirai et ferai mon signe de croix du nord au sud et de l’est à l’ouest sur cette bonne terre que Dieu nous a donné. Car il faut sans cesse le bénir.
Je n’oublie pas les cuisinières qui ont permis à nos papilles de vibrer.
Bon retour à chacun, Anne »

 

Le principe de la monodiète 
 

La monodiète consiste à absorber un seul type d’aliment pour mettre le tube digestif au repos de combustions chimiques très complexes.

La monodiète n’est pas un jeûne, car le jeûne consiste en une abstention temporaire d’aliments solides, voire liquides.

 

Au cours de la monodiète (et du jeûne), l’assimilation digestive s’améliore et le rendement calorique augmente.

Le corps peut mobiliser son énergie pour la détoxination et la reconstruction.

 

Encore faut-il que l’aliment principal de la monodiète soit bien choisi…, avec l’épeautre non hybridé !

 

Grâce à sa richesse nutritionnelle exceptionnelle, l’épeautre est à la fois nourrissant (8 acides aminés essentiels, vitamines B2, B9, B12, hydrates de carbone, thiocyanate, minéraux, acides gras essentiels) et purifiant (acide aspartique, acide glutamique, vitamines B1, B2, B5, B9, potassium, magnésium, silicium, thiocyanate).

L’épeautre permet de conserver la masse musculaire pendant que le corps se détoxifie.

Ses qualités exceptionnelles contribuent aussi à l’équilibre du poids, au tonus, à la cicatrisation du tube digestif, à la régularisation de l’humeur et au sevrage des stimulants habituels.

 

Les avantages de la monodiète à l’épeautre

 

1°) efficacité

 

En augmentant le rendement calorique, la monodiète à l’épeautre permet tout à la fois de fortifier le corps et de le nettoyer.

Contrairement au régime hypocalorique (qui n’a rien à voir avec le jeûne), elle n’affame pas le corps et potentialise son métabolisme.

Un régime hypocalorique entraîne fatalement une adaptation hypométabolique, avec fatigue, dépression, frilosité... La fin du régime signe toujours la reprise du poids perdu !

Une monodiète bien conduite permet une perte de poids durable si la reprise alimentaire est saine.

 

2°) douceur

 

La monodiète convient à toutes les personnes médicamentées, fatiguées ou malades. Ce qui n’est pas le cas du jeûne, malgré ses nombreuses vertus.

« Pour un homme en bonne santé, il est bon et sain, pour une bonne digestion, qu’il se prive de nourriture, jusqu’au milieu presque de la journée, et à peu près au milieu de la journée. Mais pour un homme faible et malade, et ee santé débile, il est bon et sain de déjeuner le matin, afin qu’il trouve dans les aliments les forces qu’il n’a pas en lui-même » (Causes et remèdes, Hildegarde de Bingen, edition Millon, chapitre alimentation).

 

La monodiète en pratique

 

Il est souhaitable de préparer la monodiète plusieurs semaines avant par un sevrage très progressif de tous les addictifs, surtout le sucre et le café.

La monodiète à l’épeautre consiste à consommer de l’épeautre et des légumes cuits pendant 1 à 2 semaines.

Des épices préconisées par sainte Hildegarde peuvent renforcer l’efficacité et la tolérance de la monodiète.

 

Vivre une monodiète dans le cadre d’une session est souvent plus reposant et ressourçant.

Des cuisiniers, un prêtre, une équipe d’accompagnement, un cadre naturel, la communauté fraternelle…, tout est propice au repos et à la régénération du corps et de l’âme.

Nourrir l’intelligence avec les conférences et les homélies, éveiller le souffle de vie avec les ateliers corporels, rééduquer les sens avec des exercices Vittoz, ouvrir le cœur avec la prière …, tout est important pour accompagner la diète dans le processus de régénération.

 

Belle montée vers Pâques !

Laurence Mayaud, pharmacien naturopathe  https://www.laurence-mayaud.fr 

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #10

Méditer la Passion

Par la contemplation de la Passion que le Christ a supporté, nous pouvons recevoir la guérison de la violence de nos propres passions.

Les passions bien orientées sont bonnes. La passion fondamentale est l'Amour. Sainte Hildegarde nous montre dans le Livre des Mérites de la Vie, que la première passion qui ordonne toutes les autres est l'Amour du Ciel. Le vice qui en découle est l'amour du monde. C'est donc toujours de l'Amour, mais de l'amour détourné de sa cible. Au lieu de lever le regard vers le Ciel, le regard est tourné vers la Terre. Cela entraîne le détournement de nos passions, elles ne sont plus ajustées pour que nos actes soient guidés et bien réglés vers la cible de l'Amour Nos pensées sont esclaves de ces passions déréglées, donc détournées du Ciel, dérythmées, bruyantes.

Dans ce temps de semaine Sainte, prenons un long temps de méditation de la Passion du Christ. Que ceci nous aide à comprendre pourquoi sainte Hildegarde insiste sur le fait que notre sang s'est modifié lors du péché originel, qu'il se modifie sous l'impulsion de passions mauvaises et détournées. Jésus à Géthsémani a transpiré des gouttes de son Sang Précieux lorsqu'il a pris en Lui les péchés du monde. En accueillant la grâce divine qui suscite nos actes vertueux, nous nous réeduquons de nos mauvaises passions.

Comprenons aussi que l'on peut aider notre corps en prenant conscience de nos péchés et en les confessant. Ceci permet de limiter la sécrétion de la " bile noire", toxique pour l'organisme. Nous pouvons aussi réguler notre métabolisme de base par une alimentation saine et équilibrée, par des exercices respiratoires et physiques doux et bien adaptés. Les conseils de détoxination de sainte Hildegarde en particulier la pratique de saignées modérées 2 fois par an dans les 6 jours qui suivent la pleine lune aident à l'élimination des déchets du sang.

pour ceux qui ont une fragilité pulmonaire ou bien un foie parresseux, pensez à prévoir votre cure de vin d'absinthe: boire un verre à liqueur les lundi, mercredi et vendredi de Mai à Octobre. N'hésitez pas à contacter un nathuropathe hildegardien pour demander conseil.

 

Pour nous aider à méditer sa Passion et son chemin de croix, le Christ a donné à une religieuse de la société du Sacré-Coeur de Jésus un récit et des commentaires sur sa Passion. ceci s'intitule " Un appel à l'Amour" de soeur Josepha Menéndez ( 1890-1923)

Vous pouvez méditer le chemin de croix en tapant sur youtube " Méditer le chemin de croix avec soeur Josepha Menéndez".

Lors de notre visite auprès de personnes souffrantes, faire des discours, justifier ou commenter la souffrance est impossible. Nous pouvons prier en silence à leur coté ou avec elles, si elle le veulent, méditer le chemin de croix,  proposer de réciter le chapelet de la miséricorde comme Jésus l'a enseigné à soeur Faustine.

Que par nos prières, nous puissions rester dans une grande communion avec le Christ, les anges et toutes les âmes saintes.

Marie-Cécile Fonlupt

 
Les Amis de Sainte Hildegarde
 
 

Les Amis de Sainte Hildegarde - Newsletter #11

Information Newsletter : un nombre important (280) se sont inscrits à la newsletter et seulement 3 inscrits ont confirmé l’inscription par le mail reçu. Les mails envoyés en grand nombre se retrouvent souvent dans les spams ou indésirables.ouvrez vos indésirables ou spams pour trouver le mail de confirmation. Et mettre l’adresse mail d’envoi du mail de confirmation dans vos contacts

Merci de vos recherches

Jean Morin

 

Comparaison tirée du médecin[1]

« Car moi, je suis le grand médecin de toutes les maladies, agissant comme un médecin qui voit un malade qui désire ardemment un remède. Qu’est-ce à dire ? Si la maladie est bénigne, il le soigne facilement, mais si elle est grave, il dit au malade : «  j’exige de toi de l’argent et de l’or. Si tu m’en donnes, je t’aiderai. » C’est ainsi que j’agis, ô homme. Je lave les petits péchés dans les gémissements, les larmes et la bonne volonté des hommes, mais, pour les fautes plus graves, je dis : Ô homme, fais pénitence et corrige-toi, et je te montrerai ma miséricorde et je te donnerai la vie éternelle. Et n’interroge pas les étoiles ni les autres créatures sur les choses qui vont t’arriver, n’adore pas le diable, ne l’invoque pas et ne lui demande rien. Car si tu veux en savoir plus qu’il ne te convient de connaître, tu seras trompé par l’antique séducteur : parce que le premier homme à chercher à savoir plus qu’il ne devait chercher, il a été trompé par lui et s’en est allé à sa perdition.

Toutefois, le diable n’a pas connu la rédemption de l’homme lorsque le Fils de l’Dieu a tué la mort et brisé l’enfer. Car, au commencement grâce à une femme, le diable a vaincu l’homme ; mais à la fin des temps, Dieu a écrasé le diable grâce à une femme qui a engendré le Fils de Dieu, lequel, de façon merveilleuse, a ramené au néant, les œuvres diaboliques, comme l’atteste Jean, mon témoin bien-aimé, quand il dit :

«  Si le Fils de Dieu s’est manifesté c’était pour détruire les œuvres du diable ».[2]Qu’est-ce à dire ? Pour le salut et la sauvegarde des hommes, est apparue une immense clarté, c’est-à-dire le fils de Dieu revêtant la pauvreté d’un corps humain ; mais comme un astre de feu brillant dans les nuées d’ombre, il fut placé sur un pressoir où le vin devait être exprimé sans aucun ferment ; parce que la pierre angulaire s’appuya elle-même sur le pressoir et fit un vin si bon qu’il exhala la plus grande odeur de suavité. Car apparaissant lui-même comme un homme remarquable dans le genre humain, sans aucune effusion de sang vicié, mais simplement, par le talon de son armée, il écrasa la tête de l’antique serpent, et, ayant dissous tous les traits de son adversaire, empoisonnés d’iniquité et remplis de folie et de convoitise, il le rejeta au fond de l’abjection.

Dès lors, que celui, qui possède la science dans l’Esprit-Saint, et dont la foi a des ailes, que celui-là ne néglige pas mon avertissement mais que, en le goûtant dans son âme, il le reçoive et s’y attache ».

L’homme depuis l’origine s’est adonné à la magie, il a détourné son regard du Ciel pour adorer Satan. Aujourd’hui, il est encore esclave de rites et de pratiques obscures.

En ce mois de Marie, soyons fervents et prenons du temps pour réciter le chapelet. C’est par les pauvres, les malades, les tout-petits et ceux qui prient humblement et s’appuient sur l’intercession de la très sainte Vierge que des grâces seront données à tous nos frères.

Dr Marie-Cécile Fonlupt

 

 

[1] HILDEGADE de Bingen, Scivias, Paris, CERF, 2004, p.87, § 30.

[2] 1 Jn 3,8.

Comparaison tirée du médecin

Date de dernière mise à jour : 22/06/2017