introduction

Le premier congrès sainte Hildegarde du 3,4,5 mai vient de se terminer à Paray le Monial

Ce fût un grand succès avec plus de 800 participants !

D'ici quelques jours vous trouverez sur ce site :

les fichiers audio (format mp3) des conférences des intervenants ainsi que les textes de leurs interventions (format pdf).

Le tout disponible gratuitement.

CONGRES SAINTE HILDEGARDE MAI 2013
COMPTE-RENDU

Un premier Congrès en France sur sainte Hildegarde s’est tenu du 3 au 5 mai 2013, au célèbre sanctuaire des apparitions du Cœur de Jésus au 17ème siècle, à Paray le Monial en Bourgogne. Il fut organisé par l’«Université sainte Hildegarde».  Ce fut un grand succès d’organisation grâce à une trentaine de bénévoles engagés. Plus de 800 personnes se sont inscrites, venus des quatre coins de France, ainsi que quelques personnes de Belgique, du Canada, voire du Brésil. Les séances plénières se tinrent dans l’auditorium du Parc des Chapelains.

Vendredi après-midi, le Père Bernard Peyrous, le recteur du sanctuaire, fit l’ouverture, en nous accueillant et en évoquant la mémoire de celle qui fut gratifiée des apparitions en ces lieux, sainte Marguerite Marie Alacoque.

Le Dr Philippe Loron, président de l’association, résuma ensuite la vie et l’œuvre de sainte Hildegarde. Puis Marie-Anne Vannier, professeur à l’Université de Metz nous fit un exposé sur la genèse des principaux ouvrages de l’abbesse, illustré de nombreuses projections de miniatures médiévales.

Cette année qui est celle du centenaire de la naissance du Dr Gottfried Herztka fut l’occasion d’évoquer ce pionnier de la médecine hildegardienne qui exerça de longues années sur les bords du lac de Constance. Son héritier, Wighard Strehlow, Heilpratiker et docteur en biochimie, lui rendit un vibrant hommage et résuma brillamment l’expérience allemande sur près de 70 ans.

Dans la soirée, fut projeté le DVD réalisé par Armand Isnard en 2011.

Samedi, après un temps de méditation et de prière, silencieuse et avec des textes de sainte Hildegarde, animées par le P. Pierre Dumoulin et Josyane Stef, les médecins belges Lutgart Gillis et Louis van Hecken nous firent part de leur expérience depuis respectivement 15 ans et 23 ans.

Sœur Philippa, «porte parole» de l’Abbaye bénédictine sainte Hildegarde à Eibingen, fit ensuite une communication très attendue sur la vie de la sainte, en parallèle avec celle de leur patron saint Benoît, dans un français quasi impeccable, aidée d’une de ses sœurs (de sa propre famille) qui en poursuivait par moments la lecture pour la soulager.

La matinée se poursuivit par la célébration eucharistique dans la basilique romane de Paray-le-Monial.

Après un bon déjeuner en self – de cuisine hildegardienne bio avec un excellent poulet fermier – sous une grande tente dans le parc, les conférences plénières reprirent en revenant à la médecine. Deux autres professionnels qui connurent le Dr Gottfried Herztka et qui élaborèrent les premiers les recettes médicinales selon sainte Hildegarde, témoignèrent sous forme de rapports, qui furent lus par le Dr Louis Van Hecken: Wolfgang Gollwitzer des laboratoires Jura en Allemagne, et Helmut Posch dont le site de production est en Autriche.

Entre 16h et 17h30 eurent lieu quatre ateliers, répartis en des salles différentes:

    -Alimentation: une semaine de menus hildegardiens, par Mme Danielle Keller entourée de son équipe
    -Psychothérapieavec sainte Hildegarde, par le Dr Philippe Loron (avec un diaporama fourni)
    -Soins de la peau avec Mme Marie Carrasquedo et une assistante esthéticienne, avec conseils appropriés avec produits de la 
      gamme de Viriditas (les Jardins d’Hildegarde)
    -Enfin musicologie avec le P. Pierre Dumoulin et l’artiste allemande Klara Vom Querenberg (dans la salle où eurent lieu les
     plénières).

Les résultats concrets de cette médecine naturelle seront renforcés par l’exposé de Marie France et Claude Delpech de quelques-uns parmi les nombreux témoignages colligés depuis près de 20 ans par leur société de distribution en France, les Jardins d’Hildegarde.

La soirée fut merveilleusement agrémentée par un concert de 13 chants de sainte Hildegarde avec accompagnement musical (tantôt harpe, tantôt orgue positif ou autre instrument médiéval) par Klara Vom Querenberg sous les voûtes de la basilique romane bondée de Paray le Monial, à l’acoustique remarquable. Ce fut à la fois enchantement et élévation de l’âme.

Dimanche matin, après le même temps de méditation chrétienne, le P. Pierre Dumoulin parla de la sainte sous le titre de son récent ouvrage.

Une dernière intervention rassemblera des éléments d’écologie humaine chrétienne, entre la Doctrine sociale de l’Eglise, la dévotion au Sacré Cœur, et des visions de la sainte, permettant comme une synthèse unifiante et originale d’entrevoir une civilisation de l’amour, par le Père Mathieu Malonga et le Dr Philippe Loron. Ces deux interventions furent largement illustrées d’un diaporama de textes et d’images.

La célébration eucharistique débuta vers 13h pour se terminer vers 14h30, animée par des chants de l’Emmanuel, et par l’artiste allemande avec sa grande harpe. La basilique était toujours bondée. L’homélie était assurée comme la veille par le P. Pierre Dumoulin qui présidait (le dimanche avec six autres prêtres).

Puis, après le déjeuner sous la tente – et pour certains à l’extérieur vu le soleil radieux, avec un délicieux bœuf bourguignon comme il se doit – certains purent aller en voitures individuelles à Taizé, et sur le site de l’ancienne abbaye de Cluny dont dépendait au Moyen-Âge celle de Paray-le-Monial.

L’ambiance fut globalement joyeuse, cordiale et enthousiaste. Le soleil, qui n’était pas prévu par météo France, s’était invité déjà depuis la veille et en fut comme un signe.

Revenons sur le rôle dévoué et efficace des bénévoles, souvent en retrait, qui ont largement contribué au succès du congrès, par une bonne organisation jusqu’au bout malgré le nombre élevé de participants qui dépassa nos estimations.

Signalons à l’extérieur les deux tentes où les Jardins d’Hildegarde et le Grenier d’épeautre, les deux sociétés qui fournissent les produits selon les recommandations de sainte Hildegarde, purent donner des renseignements et proposer leur catalogue de vente par correspondance, la première – la plus ancienne – fournissant, outre des produits bios élaborés en France, ceux de la gamme allemande Jura; la seconde des produits allemands et de la gamme autrichienne Posch.

L’ensemble du congrès fut vidéofilmé en vue d’un DVD qui en retracera les grandes lignes, avec en plus des interviews exclusives de nombreux intervenants (disponible fin juin).

La santé est certes un bien précieux. Sainte Hildegarde, nommée Docteur de l’Eglise le 7 octobre dernier par Benoît XVI, fut particulièrement inspirée pour en parler dans ses écrits. Non seulement la santé physique, mais aussi la santé de l’âme, d’ordre psychospirituel dirait-on de nos jours.

Et l’œuvre de la sainte est immense et multidisciplinaire, avec non seulement des aspects médicaux et de science naturelle, mais aussi psychothérapeutiques, musicaux, écologiques et spirituels, voire théologiques. C’est pourquoi l’association qui organisa ce congrès s’intitula «Université sainte Hildegarde» afin de présenter un large éventail de ses applications possibles à notre époque.

Avec sainte Hildegarde, « une réponse face à la crise ? »

Non! Des réponses face à la crise – et aux diverses crises – par l’éloge des vertus ! Et ceci pour le troisième millénaire…

Ph Loron

Date de dernière mise à jour : 26/11/2016